-Analyse critique du commerce équitable,                                                           Soutenance du mémoire pour le Diplôme universitaire d'Action Humanitaire -Année 2008- Faculté de Médecine de Dijon                                                                   par A. Pinon et C. Sicard.

Le commerce équitable se définit en opposition au commerce classique, il établi donc un postulat : le commerce mondial, dans son organisation actuelle est inéquitable.

En effet, pour Alain Houziaux, c'est le sud qui finance le nord et non l'inverse, car les sommes qu'il a versé au nord pour rembourser sa "dette" ont été sept fois supérieures à celle-ci, engendrant, en plus, un néocolonialisme.

Comment un commerce équitable serait-il possible dans un contexte mondial d'inégalités économiques?

-Vers 1940, des mouvements religieux mettent sur pied un commerce de denrées produites dans les régions pauvres et distribuées à travers leur réseau. Leur histoire relève l'ambiguité de la notion de charité dans le message judéo-chrétien.

-En 1997, une charte est établie, définissant le cadre général du commerce équitable en France. Le mouvement est porté par de nombreuses ONG.

-Les bénévoles sont indispensables ( faisant diminuer les coûts de distribution) ainsi que le buycott (néologisme Anglo-Saxon d'après lequel le consommateur choisit des produits répondant à ses exigences) des consom'acteurs.

-Cependant, en prenant en compte la définition et le concept de l'éthique et de l'équité, un commerce dit équitable labellisé sera parfois moins équitable qu'un sans label. Pourquoi? Parce qu'un commerce labellisé prélève autant pour son propre bénéfice que le commerce classique qu'il décrie et cherche à concurrencer, ne mettant pas à mal la politique "beggar my neighbour" comme il le prétend.

Le but n'est alors pas de remettre en question l'ordre social mais d'aller dans son sens, "tout en compensant les manifestations trop criantes de l'inégalité" comme le souligne Jean Christophe Rufin en évoquant une forme conservatrice de charité.

-Pourtant, au départ, dans les années soixante, ce mouvement alternatif avait la volonté de faire basculer le système économique mondial. 

Les pays du nord puisant leur ressources dans ceux du sud, il leur paraissait légitime d'améliorer les bases d'un commerce "entre eux". Cependant, dans ce nouveau commerce, les producteurs doivent obéir à des critères économiques, sociaux et environnementaux fixés par le marché du nord...

-En prenant le cas concret de Valentina, artiste Colombienne ayant créée une entreprise de tissage entre la Colombie et la France, nous avons pu observer combien il était difficile d'intégrer un commerce sans label au système actuel.

-Nous avons cheminé à travers l'histoire d'un produit témoin, le café, depuis les colonies jusqu'au commerce dit "équitable".

-En étudiant ensuite les messages publicitaires autour du "commerce équitable", nous avons pris la mesure de la stratégie marketing.

-Nous en avons conclu qu'il est temps de faire du commerce équitable un commerce canonique et non une forme de commerce à côté d'une autre.